Je suis le seul être vivant à faire crisser le monde et cette pensée m’étourdit.

Marie Pavlenko, Et le désert disparaîtra

Ce livre est une vraie ode à l’environnement, tout en sensibilité et en poésie. C’est un roman engagé dans la cause environnementale tout en subtilité. Sans nous marteler son discours écologique à tout va.
C’est donc une certaine prouesse que de nous emmener tout en douceur dans les valeurs prônées, à travers une histoire pleine de sens et de douceur.

En effet on suit Samaa, jeune fille faisant partie d’une tribu nomade. Or, celle-ci ne veut pas se borner au travail des femmes dans la cité. Elle veut être chasseuse, et pas n’importe quel chasseuse… Sa proie n’est autre que : les arbres.
En effet dans ce livre l’univers est celui de notre monde au futur, un monde envahi par le sable et qui est par conséquent devenu désert. Les seules manières de survivre pour les nomades sont donc de vendre les rares arbres qu’ils trouvent, de vivre au rythme des maigres pluies et en apprenant à se défendre contre les bêtes peuplant ce vaste désert. Un mode de vie quelque peu dystopique vis-à-vis du notre, mais qui nous permet de voir à travers l’histoire et les ambitions de Samaa, une volonté de vivre, de se battre pour la vie, tant humaine que terrestre, et de prôner l’espoir, si nécessaire en ce monde.
J’ai retrouvé en Samaa un personnage fort, plein de conviction et prêt à les porter jusqu’au bout. Elle est pour moi symbolique d’émancipation, tant par sa destinée qui n’est pas commune, mais aussi par ses convictions, qui la poussent à remettre en cause tout ses savoirs.
Elle s’accroche, se forme d’elle même et incarne l’humanité à elle seule. Je ne souhaite pas vous spoiler son histoire, il est important de la découvrir au fil du livre, mais en tous les cas Samaa est un personnage qui incarne la beauté, la sensibilité et la force.
Trois valeurs qui résument bien l’importance de ce que veut transmettre ce livre. Cela sonne comme une devise. Samaa incarnant donc pour moi le vecteur, la porteuse de cette histoire. Et pourtant, on ne fait pas face à une idéologie de rêve, portée et distillée par Samaa, qui fera miraculeusement effet sur son monde. On a affaire à quelque chose de profond et naturel, là aussi deux valeurs importantes qui fondent cette histoire.
En effet tout ne se produit pas dans le plus beau des mondes, on a ici une vraie réflexion qui se mène, qui se construit au fil des pages, et c’est cela qui rend ce livre si beau et si vrai à mes yeux.
Le fictif, par toutes les valeurs qu’il porte, peut ici totalement rejoindre le réel à mon sens.

N’est ce donc pas là une vraie prouesse que d’offrir au lecteur le même cheminement véhiculé par les personnages et porté par l’histoire, pour faire passer tout en poésie, en douceur et en conviction, un cheminement de pensées qui le pousse lui aussi, sans qu’il ne s’en rendre compte avant la fin, à remettre en cause ses propres certitudes ?
Marie Pavlenko a donc réussi, par sa littérature, son livre doux, sensible et fort, à faire bouger les choses, ou en tout cas, donne des clés au lecteur pour cela.
C’est donc grandi que l’on ressort de cette histoire, et c’est ainsi ce qui la rend si précieuse.

Merci aux éditions Flammarion pour l’envoi de ce roman !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s